Les 50 universités françaises qui refusent l’augmentation des frais d’inscription 2021/2022

Alors Premier ministre français, Édouard Philippe avait déclaré dans une intervention durant le mois de novembre 2019 que les frais d’inscriptions allaient être augmentés pour les étudiants venant de pays extra-européens.

Une décision qui sera appliquée dès la rentrée suivante, et qui a comme but de diminuer le nombre d’étudiants africains voulant entamer des études universitaires en France, en faveur de ceux venant d’autres pays comme la Russie ou encore la Corée du Sud.

Les frais d’inscriptions sont ainsi passés de :

  • 170 € à 2770 €/an pour les niveaux de Licence (L1, L2 et L3).
  • 243 € à 3770 €/an pour les niveaux de Master (M1 et M2).

Entre annulation et application effective

Une hausse annulée par le conseil constitutionnel, mais qui a continué à valoir grâce à des entourloupes juridiques auxquelles le gouvernement français a fait recours. Néanmoins, une cinquantaine d’universités ont refusé d’augmenter leurs frais d’inscription, et deviennent ainsi plus prisées par les étudiants maghrébins et africains.

De plus, beaucoup d’entre elles peuvent être classées comme ‘moins sélectives’, ce qui les rend encore plus intéressantes, même si certaines se trouvent hors des grands centres urbains. Les frais y restent donc de 170 €/an pour les niveaux de Licence et 243 €/an pour ceux de Master.

Les 50 universités qui n’ont pas augmenté les frais d’inscription

  • Université Avignon
  • Université Aix-Marseille
  • Université Bordeaux Montaigne
  • Université Bourgogne
  • Université Bretagne Occidentale
  • Université Caen
  • Université Clermont Auvergne
  • Université Champollion
  • Université Dijon
  • Université Haute-Alsace
  • Université La Réunion
  • Université Le Havre
  • Université Littoral Côte d’Opale
  • Université Lorraine
  • Université Lyon 1, 2 et 3
  • Université Montpellier 3
  • Université Nantes
  • Université Nice
  • Université Nîmes
  • Université Paris 10 Nanterre
  • Université Paris 13
  • Université Paris 5
  • Université Paris 7
  • Université Paris 8
  • Université Paris Sud
  • Université Paris Est Marne-la-Vallée
  • Université Pau et Pays de l’Adour
  • Université Perpignan
  • Université Picardie
  • Université Poitiers
  • Université Reims
  • Université Rouen
  • Université Saint-Étienne
  • Université Savoie Mont-Blanc
  • Université Strasbourg
  • Université Toulon
  • Université Toulouse I, 2 et 3
  • Université Tours
  • École Normale Supérieure Paris- Saclay
  • ENI Tarbes
  • INP Toulouse
  • INSA Rennes
  • INSA Toulouse
  • INSA Strasbourg
  • INSA Val de Loire
  • UPEM
  • UT Belfort

Postuler à d’autres universités

Il faut savoir qu’en cas d’admission à une université autre celles mentionnées ci-dessus, l’étudiant devra justifier disposer de la somme requise à l’inscription en plus des 7380 € requis pour éviter un refus de visa étudiant pour motif 2. La facture risque ainsi d’être très vite salée, avec plus de 10,150€ pour la Licence et 11,150 pour une inscription en Master.

Il est donc conseillé de les éviter à l’heure qu’il est, en attendant une évolution de la situation, soit par l’annulation pure et simple de cette augmentation, soit par sa généralisation, ce qui serait très dommageable pour les étudiants venant de pays émergents qui cherchent à étudier en France.